Situé à seulement 12,5 kilomètres du Camping Berrua de Bidart, le quartier de Socoa est un lieu bien particulier que l’on retrouve dans les baies de Saint-Jean-de-Luz et de Ciboure. Il présente la spécificité d’être à la fois présent dans la commune de Ciboure ainsi que dans celle d’Urrugne. Avec son identité forte, ce quartier possède un port mais surtout un fort qui sont des lieux tout simplement incontournables.

Le Port de Socoa

Au moyen-âge, le port accueillait les navires pensés pour la chasse à la baleine. C’est au moment de la chute du port de Bayonne que celui de Saint-Jean-de-Luz a vu son activité progresser pour finir par rendre l’espace disponible trop restreint. En 1617, des travaux visant à améliorer et agrandir le port débutent.
Géré par trois communes, Urrugne, Saint-Jean-de-Luz et Ciboure, il possède également trois digues avec celle du marégraphe, la « petite digue » et la digue sud.
De
 nos jours, le port de Socoa se trouve à Ciboure et voit principalement l’arrivée de petits bateaux conçus pour les loisirs ou encore la pêche.


Le Fort de Socoa

La construction du fort de Socoa a eu lieu à partir de 1627, sur ordre de Louis XIII. Ce dernier souhaitait mettre à l’abri les embarcations du port de Socoa grâce à cet édifice. Ainsi, les travaux furent lancés et on vit apparaître une tour circulaire, des habitations mais aussi une chapelle rendant hommage à Saint-Pierre, l’ensemble étant entouré par des remparts.
Le fort de Socoa était né. Mais c’est sous le règne de Louis XIV et au moment de la venue de Vauban que le fort fut retravaillé pour adopter un aspect plus militarisé grâce à l’édification de sa tour crénelée. Si de nos jours le fort n’est pas accessible au public, il reste toujours possible de visiter les parties extérieures ainsi que la petite plage que l’on appelle plage du fort.

Les trois grandes digues de protection

Lors des tempêtes en hiver et au fil des siècles, l’océan n’a eu de cesse d’attaquer et entamer le terrain à Saint-Jean-de-Luz et Ciboure, faisant perdre jusqu’à 200 mètres de côtes en 200 ans. C’est la raison pour laquelle plusieurs chantiers ont été lancés afin de protéger au mieux les lieux.
A la fin du 19ème siècle, sous le règne de Napoléon III, il est décidé de construire trois digues visant donc à protéger les communes concernées avec la digue de l’Artha, la digue Sainte Barbe et la digue de Socoa.
Pour profiter d’un point de vue exceptionnel et en fonction de la météo, n’hésitez pas à vous promener le long de la digue de Socoa. Durant votre balade et en découvrant ces panoramas incomparables, vous pourrez même apercevoir à l’horizon la chaîne des Pyrénées.

De plus, le quartier de Socoa est un lieu très vivant qui propose de nombreuses activités, notamment avec les fêtes du quartier qui ont lieu à la Trinité, le plus souvent en juin. Laissez-vous également séduire par la gastronomie locale, particulièrement bien représentée avec un grand nombre de restaurants à retrouver dans le quartier.